duel

L’âge d’or du duel en France ce n’est pas l’époque des mignons de Henri III mais le siècle du fer et de la vapeur : après la Révolution française, plus besoin d’être noble pour porter l’épée et provoquer un adversaire aussi bien né que vous. Tout le monde peut se battre, et tout le monde se bat, à l’épée, au sabre, au pistolet ; à propos d’un pied écrasé par mégarde, d’un article de journal venimeux, ou d’un adultère trop voyant. A force de se battre, on commence à se tuer moins : le dernier duel meurtrier connu a lieu en 1903. Et puis, après la boucherie de la Grande Guerre, le duel s’étiole, même si quelques combats ont encore lieu jusque dans les années 50 – notamment celui qui opposa Defferre à Ribière, indigné d’avoir été traité “d’abruti “. Fourmillant de récits de rencontres légendaires ou méconnues, ce beau livre raconte la saga du duel sous toutes ses formes, sociales, littéraires ou politiques.

JesusFran

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *